L’art suprême du chauffage intérieur

poele faience Alsace
© La Grappe d’Or-Riquewihr
A-  |  A+
C’est un incontournable du way of life à l’alsacienne. Le poêle à l’ancienne habillé de faïence constitue le must du confort en période hivernale, pratiqué autant à la ville qu’à la campagne.

Nombre de familles alsaciennes possèdent, dans leurs granges ou dans quelque coin reculé de leur appartement, un de ces poêles qui ont fait la fierté des ménages. La genèse du poêle en faïence (Kachelofen) remonte en France au 16e siècle dans des régions comme l’Alsace et la Lorraine où de grandes faïenceries mettent au point ce système de chauffage promis à une belle longévité. Le principe est simple : le four comprend trois compartiments, le chapeau, le corps, le foyer, ce dernier renfermant des briques réfractaires pour conserver la chaleur. Le bois fournit le combustible et le poêle dispense la chaleur jusqu’à 12 heures après extinction.

© Stirnweiss

© Stirnweiss

Mieux qu’un radiateur ! Côté sécurité, le Kachelofen présente moins de risque d’incendie que la cheminée grâce à son foyer à la fois petit et fermé. Il est multifonction car la partie supérieure sert de chauffe-plat et qu’on peut également y installer une bouillotte. Question longévité, fidèle au poste, il bat des records, pour durer jusqu’à 70 ans. C’était bien avant l’obsolescence programmée de notre société moderne où les appareils ménagers peuplent très tôt les poubelles et les décharges.

Enfin, last but not least, le poêle en faïence, c’est la grande classe ! Cet objet synonyme d’élégance trône dans le salon et les maisons alsaciennes sont bâties fréquemment autour de cette source de bien-être. Ajoutez à cela le talent du maître faïencier, votre four devient un objet d’art unique qui fait l’orgueil de la famille.
Et le prix ? La facture du Kachelofen oscille entre 4 000 et… 15 000 euros. Sachant que de nos jours ces merveilles sont à chercher du côté des antiquaires et de la brocante. Mais quand on aime, on ne compte ni ses efforts, ni son capital, sentimental bien sûr.


Focus

Un dernier des Mohicans

Jean-Marc Kohler, installé à Erstein, à une quinzaine de kilomètres d’Obernai, est rénovateur de poêles en faïence. Un métier quasiment disparu de l’horizon artisanal alsacien. Grâce à un long travail de remise en état de fours en état de dégradation avancé, il apporte une vie nouvelle à ces petits chefs-d’œuvre en déclin. Son show room constitue un petit musée des poêles anciens de la région, témoignage du degré d’exigence de ses artistes. Jean-Marc Kohler Tél. : 06 34 95 97 70 Site Internet : www.poele-et-faience.com